Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wings of Liberty

Wings of Liberty

Parlons des choses qui fâchent.Angel Xp, analyste quantitatif & trader


Pour en finir avec le lobbyisme des Taxis

Publié par Angel Xp sur 25 Juin 2015, 12:57pm

Catégories : #Economie

La déferlante de sauvageries que nous a offerte les chauffeurs de taxis me débectent.

Après avoir agressé physiquement des chauffeurs et des clients de VTC, notamment ceux d' UberPop dont l' application mobile ( Uber ) permet de localiser et d' appeler un de leurs chauffeurs, les taxis ont pris en otage les citoyens.

Cette profession corporatiste rejette tous modèles concurrentiels et emploie des méthodes fascistes pour conserver le  monopole du marché.

Ils justifient leur barbarie en se retranchant derrière le fallacieux argument de la " concurrence déloyale " faite par les VTC, puisque ces derniers n' ont pas déboursé une somme pharaonique ( de 50 000 € à 250 000 € suivant les villes ) dans une " licence de taxi "

Mais ils omettent de rappeler qu' ils bénéficient en contrepatie de privilèges importants ; accès aux stationnements réservés, aux couloirs réservés ( y compris des bus ), maraude, stationnement exclusif abondant et d' autres zones stratégiques urbaines. Ils s' affranchissent aussi des 20 % de TVA  sur l' achat d' un véhicule. Enfin, les bénéfices tirés de la spéculation sur la revente de leur licence ne sont pas imposables.

Imaginez, si les facteurs débarquent à votre domicile pour vous casser la figure sous prétexte qu' envoyer des e-mails est de la concurrence déloyale. C' est complètement absurde. Les revendications archaïques des taxis se situent à ce niveau.

Ensuite, si l' on se réfère au site du gouvernement, cette fameuse " licence de taxi ", qui s' appelle en réalité  " autorisation de stationnement de taxi ", est émise  GRATUITEMENT par les MAIRIES. C' est le maire qui, après AVIS DE LA COMMISSION DES TAXIS, fixe le nombre d'autorisations de stationnement, c'est-à-dire le nombre de taxis admis à être exploités dans la commune.

 

On devine immédiatement que les compagnies de taxi exercent des pressions sur les municipalités pour que celles-ci distribuent au compte-gouttes les licences, histoire de créer une anomalie de l' offre ( Numérus Clausus ) à l' origine de la flambée des prix. Les maires cèdent bien volontiers à ces pressions uniquement par pur clientélisme.

 

Ce cirque dure depuis 80 ans. La régulation du nombre de licence conjuguée par une fixation administrative des prix limite la concurrence. De ce fait, la profession a pu s' organiser une sorte de rente en préservant leurs marges au détriment des consommateurs.

 

En 1959, déjà, le Comité Rueff-Armand soulignait dans son rapport ( page 44 ) le caractère corporatiste des taxis.

" la limitation réglementaire du nombre des taxis nuit à la satisfaction de la demande et entraîne la création de « situations acquises », dont le transfert payant des autorisations de circulation est la manifestation la plus critiquable "

 

En outre, l' intelligence, source de l' innovation, conditionne la croissance dans l' économie moderne. Elle ne peut s' exprimer qu' à travers la concurrence. Donc s' opposer à un modèle concurrentiel c' est empêcher son expression. Et sans intelligence, pas d' innovation. D' où l' absence d' évolution des taxis français dont le business model  relève de l' obscurantisme médiéval.

Par opposition aux taxis classiques, UberPop, UberX, et l' ensemble des VTC sont des  " innovations de rupture ". Ils aboutissent à la création d’un nouveau marché, soit une alternative alléchante aux marchés existants. avec un changement de concept pour les consommateurs.

Le Marché finit toujours par reprendre le dessus

 

L' occasion est également trop belle pour en finir avec une vulgate marxiste qui a la vie dure chez les âmes en peine et autres analphabètes sous-diplômés de l' économie ; le marché ce sont les  " banksters ". 

Bien entendu, il existe de graves problèmes dans le système bancaire actuel mais quelle est la responsabilité des banques dans le conflit opposant les Taxis à UberPop ?  Aucune

Je rappelle que le " Marché " permet la réalisation d' échanges libres entre individus sous l' égide de règles ( juridiques ou informelles ). L' offre et la demande s' y confrontent, aboutissant à derterminer la valeur d' un produit, service ou actif. La monnaie et les banques ne sont que des intermédiaires.

Or, comme je l' ai expliqué précédement, les Taxis détiennent une position d'exclusivité sur l' offre du service. ( monopole ) et ils  exercent des pressions  pour distordre les lois en vue de limiter la concurrence  ( lobbyisme )

On assiste ainsi à un  communisme de marché strictement encadré par l’État. Et comme d' habitude, cela créé de la pénurie en plus de fournir aux consommateurs un service minable.

L' avènement d' UberPop et des VTC, issus de la libre concurrence, offre de meilleurs services à moindre coût et donc, en toute bonne logique, lamine les rentes des taxis.

Alors évidemment, je comprends que ceux qui ont lâché plus de 200 mille € dans une licence bavent de rage. Ils ont le sentiment, justifiée au demeurant, de s’être fait enfler comme jamais.

Le pire dans ce système, c' est que le dernier arrivant  sera le dindon de la farce car dans un tel schéma les prix des licences ne peuvent qu' augmenter. Et que dire de celui qui obtiendra sa licence gratuitement ( parce qu' il connait les bonnes personnes à la mairie ) et la revendra au prix exorbitant du  " marché " ?

Les pauvres types qui vont s' endetter sur 10 ans pour cette fameuse autorisation de stationnement  hérite des charges d' un ancien régime.

Avec les VTC et Uber dans le colimateur, non seulement ils perdent des clients — et donc des revenus — mais le capital qu’ils espéraient réaliser dans la revente de la licence en fin de carrière ne vaut désormais plus rien : c’est la double peine

Au final :  nous avons, d’un côté des milliers de gens ayant l’opportunité de travailler ou, au moins, d’arrondir leurs fins de mois pour le plus grand bonheur des consommateurs et de l’autre, toute une génération de chauffeurs de taxis qui se retrouve le bec dans l’eau et, sans doute pour certains, dans une situation financière très préoccupante.

 

Une solution ?

La solution la plus équitable qui me vient à l' esprit est la libéralisation du secteur.  

Ensuite, que les mairies, responsables de cette situation, rachètent ces licences acquises à prix d’or.

La situation actuelle, conséquence logique et prévisible, résulte de décennies entières de clientélisme et de veulerie érigée en système au nom de l’intérêt général.

Bilan des courses : ce sera à vous et moi, en tant que contribuables, de payer les conséquences de politiques imbéciles.

 

Angel Xp

Pour en finir avec le lobbyisme des Taxis
Pour en finir avec le lobbyisme des Taxis

Commenter cet article

UberPoper 30/06/2015 12:54

Merci pour cet excellent article, je me permet de rajouter qu' Uberpop ne profite pas du remboursement de la ticpe comme les taxis.

Mathilde-Alexis Stuart 29/06/2015 18:34

Extraordinaire de clarté et très enrichissant !

Vous êtes entrepreneur et vous voulez réussir en proposant une alternative à un marché complètement dépassé, ringard et mafieux , l' Etat viendra vous écraser.

Marc Valmont 29/06/2015 18:15

Article limpide qui va au delà de ce qu' on lit dans la presse et la réacosphère. Il y a un mouvement de grand ampleur ( + 100 K ) qui prévoit de boycotter les taxis sur facebook ! J' espère que cela les fera réfléchir. Il faudra bien, un jour, que l'on explique la facturation ésotérique des courses, qui peuvent varier du simple au double pour le même trajet !

BlackMamba 29/06/2015 16:38

Enfin la réaction d' Angel Xp sur cette débâcle ! Et je parte toujours votre vision. Cependant UberPOP ( contrairement à UberBerline, UberX ) , c' est vraiment du travail dissimulé , exactement comme si les taxis ne déclaraient pas l’argent liquide qu’ils imposent à leurs clients.

Travis 29/06/2015 17:53

Uber prélève une commission de 24,2%, incluant la TVA.

Travis 29/06/2015 16:55

FAUX uberpop est soumis à TVA,les chauffeurs versent une part à uber. De plus les chauffeurs UBER n’étant pas au préalable dans déclarer comme auto entrepreneur ou indépendant et donc soumis aux mêmes conditions que les taxis sont dans le cadre du travail au noir comme toutes professions.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents