Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wings of Liberty

Wings of Liberty

Parlons des choses qui fâchent.Angel Xp, analyste quantitatif & trader


Grèce : du clientélisme politique au lobbyisme bancaire.

Publié par Angel Xp sur 27 Juillet 2015, 14:08pm

Catégories : #Economie

Analyses de comptoir et contre-vérités ne cessent de s' accumuler sur la situation grecque.  Chacun se retranche derrière ses positions ou suit aveuglément un parti politique, sans considérer le problème dans son intégralité.  

Pourtant, tous les acteurs de la tragédie qui se déroule en Grèce portent une part de responsabilité 

Du social-clientélisme au lobbyisme bancaire  une mise au point s' impose sur les maux dont souffrent les citoyens hélléniques.

Un pays traditionnellement clientéliste.

Depuis le milieu du 19ème siècle, le principe de la société grecque s' organise autour du clientélisme politique : l' Etat distribue des avantages non gagnés en échange  d' un soutien politique.

En adoptant l' Euro, la Grèce bénécifiait à la fois des taux bas allemands et d' une monnaie forte. Le régime monétaire idéal pour nourrir ce clientélisme.

Ainsi, ce petit pays de 11 millions d’habitants dont le PIB s' élevait alors à peine 230 Mdrs € claque entre 2001 et 2009, plus de 200 Mdrs € triplant sa dette publique à 350 Mdrs.

Durant cette période le peuple hellénique vécut, grâce à l' Euro, largement au-dessus de ses moyens, à crédit. Le berceau de la démocratie menait une existance relativement  paisible jusqu' au jour où les banques arrivent avec l' addition.

Devant l' incapacité évidente à honorer ses créanciers, la récréation grecque se termine logiquement  dans l' austérité.

L' aversion des allemands pour un " sot " fédéral est parfaitement compréhensible. Un transfert de fonds ,via un impôt, obligerait l' allemand à augmenter sa productivité pour financer les excès d' un pays du Club Med.

L' immaturité du peuple grec est,  sans conteste, à l' origine de la crise.

Grèce : du clientélisme politique au lobbyisme bancaire.

De la responsabilité des créanciers.

En  Droit, il existe la notion de " soutien abusif bancaire ". Cette restriction interdit à une banque d' accorder des prêts à un client insolvable ou qui n' est pas en mesure de rembourser. Depuis 2010, les différents plans d' aide menés par la Troïka ont mis la Grèce dans cette situation. Il a fallu attendre 2015 pour que le FMI comprenne et finisse par admettre qu' on ne résout pas un problème de surendettement en rajoutant de la dette.

Concernant les autres créanciers, ils portent la responsabilité du prêt qu' ils octroient. Cela fait parti du risque. Des pans entiers de l' économie sont dédiés à la gestion du risque. Accorder des sommes colossales à un pays qui verse dans le social-clientélisme sur les deux derniers siècles, qui vit en pleine banqueroute depuis sa naissance, abonné aux déficits chroniques, et surtout, incapable de lever l' impôt : c' est du suicide. Qu' ils assument une partie de leurs pertes.

 

Du transfert des dettes privées vers le public : l' action du lobbyisme bancaire.

En 2010, la crise grecque agite les marchers financiers. Selon la BRI ( banque des réglements internationaux ), les banques françaises et allemandes détenaient dans leur portefeuille respectivement 57 Mdrs € et 34 Mdrs € de la dette grecque.

Sous prétexte que l' ensemble du système bancaire européen sortait fragilisé de la faillite de Lehman Brothers, le premier plan d’aide consistait en une chose très simple : transférer la dette grecque des tiroirs caisses du privé à ceux du public afin de réduire l' exposition des banques à un défaut grec. Le FMI et les Etats de la zone euro prêtent 110 Mdrs € à la Grèce tandis que la BCE rachète les titres de dette grecque pour éviter que leur prix ne s’effondre. ( Securities Market Programme )

Grèce : du clientélisme politique au lobbyisme bancaire.

Normalement, l' article 123 du traité de Lisbonne interdit le rachat de dette souveraine par la BCE. Mais celle-ci contourne cette interdiction en annoncant que ces opérations restent légales car le rachat s' effectuait sur le marché secondaire, accompagné d' une stérilisation des opérations. Ce sont les programmes  " Securities Market Programme " ( SMP ) et " Covered Bond Purchase Programme " ( CBPP )

De mon point de vue, l' intervention de la BCE est hautement critiquable autant sur la manière de procéder que dans le principe. Alors je ne peux m' étaler sur ces points sans noyer le lecteur dans un jargon  et une mécanique illisible. Mais on retiendra que lorsqu' une certaine nomenklatura ( Troïka, BCE en tête ) juge et decrète une situation d' urgence, -- la chute de la Grèce provoquerait un effet domino aboutissant à la fin de l' Euro -- la BCE déroge aux règles fixées par les traités et prend insidieusement la direction des pays soumis à l' Euro. 

Cela confirme la célèbre et sulfureuse citation de Mayer Amshel Rothschild : 

Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation,et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois."

 

Grèce : du clientélisme politique au lobbyisme bancaire.

Ceci étant dit, même après le premier plan d' aide, le gouvernement héllénique n' arrivait pas à joindre les deux bouts  Un second plan d’aide avec le FESF ( Fonds Européeen de Stabilité Financière ) était alors scellé le 27 octobre 2011. La Grèce bénéficiait d' une nouvelle aide de 130 Mdrs €, une annulation de 107 Mdrs € de ce que devait la Grèce aux créanciers privés (banques, fonds, etc.), et une recapitalisation des banques grecques, c'est à dire un don en capital. 

Le FESF est une structure garantie par les États-membres de la zone euro c' est-à-dire nous.

Il emprunte sur les marchés pour prêter à la Grèce. Cette dernière est supposée rembourser le FESF à partir du 24 février 2023 et ce, jusqu’en 2054.

cliquer sur l' image pour l' agrandircliquer sur l' image pour l' agrandir

cliquer sur l' image pour l' agrandir

cliquer sur l' image pour l' agrandircliquer sur l' image pour l' agrandir

cliquer sur l' image pour l' agrandir

En deux plans d’aide, la dette grecque change de structure. Des entités publiques ( FESF, BCE, FMI, Etats de la zone Euro ) ont remplacé les investisseurs privés.

Dettes collectivisées puis " exfiltrées " des marchés financiers classiques, c’est aujourd' hui un marché à part. Seuls quelques Hedge Funds kamikazes prêts à prendre des risques considérables s' y aventurent en échange d'une forte rémunération.

Voilà pourquoi, un potentiel défaut de la Grèce ne provoque pas de panique sur les marchés financiers.

En revanche c’est devenu le problème commun des con-tribuables de la zone euro. En clair, le citoyen paye l' incapacité des banques à gérer proprement le risque.  On privatise les bénéfices et on socialise les pertes. L' oligopole bancaire continuera de prendre en otage l' épargne de ses déposants et d' engranger de plantureux bonus au lieu de se faire débarquer pour leur incompétence, ou d' aller directement en prison pour certains. ( par exemple : Mario Draghi, l' actuel gouverneur de la BCE qui avait participé au maquillage des comptes de la Grèce pour qu' elle puisse intégrer l' Euro ).

Pour finir, une légion d' idiots sous-diplômés ( ou titulaire d' un Bac +5 sans valeur ) accuse le libéralisme d' être à l' origine de ce bordel.  Or, par essence, un modèle libéral repose sur la concurrence, ne sauve pas les incompétants, et s' oppose de facto aux oligopoles.  Tout le contraire du système bancaire actuel.

Angel Xp

Grèce : du clientélisme politique au lobbyisme bancaire.
Grèce : du clientélisme politique au lobbyisme bancaire.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kooka 28/07/2015 22:47

"La France va verser des Allocations familiales à tous les enfants d'immigrés, même nés à l'étranger". Et pendant ce temps on bloque les retraites supérieures à 1200 euros par mois !

De puis 1 mois l a cour de cassation a pris une décision qui va nous coûter des milliards mais en plus va favoriser l'immigration.

Vous pouvez vérifier sur :

http://www.atlantico.fr/pepites/allocations-familiales-aides-pour-tous-enfants-immigres-meme-nes-etranger-729784.html


Hors Valeurs Actuelles et Atlantico, aucun média n'en parle. C'est scandaleux, honteux, inadmissible.

Notre pays est dirigé par 39 nuls et 30 000 journalistes complices

LES FAITS : Le magazine Valeurs Actuelles révèle en effet qu'une décision de la Cour de Cassation :

Réunie le 5 avril dernier en assemblée plénière étend à tous les enfants d'immigrés , même ceux nés à l'étranger et qui feraient le choix de rejoindre leurs parents en France, le bénéfice de sa politique familiale.

Ainsi, un parent algérien installé en France pourra désormais toucher les allocations familiales au titre de ses enfants, toutefois nés en Algérie, qui feraient le choix de le rejoindre.

La décision s'applique par ailleurs également aux enfants qui ne seraient pas entrés dans l'Hexagone via la procédure de regroupement familial.

Cette décision s'applique donc également aux enfants de père polygames , les autres ayant la possibilité de bénéficier de la procédure de regroupement familial.

Un homme polygame pourra donc désormais sans contourner la loi financer le séjour de tous ses enfants en France.

Kungel Fang 28/07/2015 10:19

Excellent article . Vous m' aviez déjà convaincu avec votre billet sur l' échec programmé de l' euro et l'épisode grec me renforce dans la certitude : il faut sortir de l'Euro. Avant je pensais possible de réformer la monnaie unique de l'intérieur. Mais la rigidité idéologique et l'alliance implacable des conservateurs m'a fait quitter ces idées. Désormais, j'appartiens au camp de la sortie pure et simple de l'Euro (en assumant toutes les conséquences économiques).
Il vaut mieux nous reconstruire sur des bases saines et démocratiques. Quitte a passer des moments difficiles, autant le faire pour notre propre compte. L'Euro est une machine folle qui ne se réformera jamais, et qui va détruire la démocratie et la société.

PoPol 27/07/2015 16:10

L" un des tres rares blogs qui voient l' ensemble des problèmes.

Les gens en ont marre de payer pour la Grèce et pour les banques Tous le mondea triché : les grecs pour entrer dans l' euro avecl' aie de goldman sachs, beaucoup de grecs ne paient pas d'impôts (armateurs) alors qu'ils sont richissimes. Ils ont réembauché à tour de bras les fonctionnaires, et maintenant les Grecs vident leurs comptes, et on demanderait aux autres pays européens de remplir à nouveau les caisses des banques grecques.

Evidement, ils ne rembourseront JAMAIS leurs dettes (en ont-ils d'ailleurs jamais eu l'intention ?) leur seul but c'est de faire croire qu'ils vont le faire pour que la BCE et le FMI continuent à leur verser des milliards ! Mais c'est à fonds perdus. Alors qu'ils sortent du système et qu'ils se débrouillent.

Octave 27/07/2015 15:59

Un point de vue parfaitement équilibré. Beaucoup trop gens ne voient que ce qui les arrangent ( ou peut être par déficit intellectuel ) et invectivent ceux qui ne pensent pas comme eux.

Maintenant que la Grèce reste combien cela nous coûtera encore ? Quand est ce qu' un politique se chargera de démanteler le lobbyisme bancaire ?

A quand le procès de ceux qui ont permis que la Grèce d entrer dans la zone euro ? D'autres ont été jugé pour des faits beaucoup moins graves.

Hélas nous connaissons tous les réponses.

Kooka 28/07/2015 12:32

Depuis qu'en 2009 les Ministres des Finances de chaque pays européen a signé un "chèque en blanc" à la BCE, les politiques ne sont absolument plus décisionnaires des actions bancaires de l'Europe. Le seul moyen de "casser" ce processus est de sortir de la zone Euro, nationaliser les banques, mandat d'interpol et emprisonnement des dirigeants décisionnaires jusqu'à N-10, leur interdire à vie tout métier en rapport avec la banque, leur retirer après enquête leur enrichissement personnel depuis leur prise de poste ET SURTOUT ARRETEZ D'ALLER VOTER car c'est le seul poyen de ne plus avoir d'hommes politiques professionnels à la direction des pays.
Que les peuples, comme celui de l'Islande, redeviennent souverains.
Rappelez vous de cette phrase : " Quand l'injustice devient la Loi, la résistance devient la règle"... Méditez !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents